J’ai toujours eu un frame de chat. Ben, un chat avec des seins, des fesses et des mollets, hein. Je n’ai jamais été Kate Moss, mettons, même à l’époque, où, étudiante à l’université, je pesais 88 livres. Bref, j’ai toujours eu des formes, mais comme mon poids oscillait entre 98 et 105 livres pour 5 pi 1 po, j’avais quand même l’air d’un petit chat. Ou d’un elfe. Genre.

Puis j’ai arrêté de fumer il y a cinq ans. Je vous en parlais ici. Depuis, ma silhouette est, comment dire, en expansion constante. Je sais bien que le vin et les croustilles ont quelque chose à y voir, ainsi que le fromage et le popcorn mangés en quantité, euh, industrielle. Comme je l’ai déjà dit, j’ai toujours été une grignoteuse compulsive. La différence avec aujourd’hui, c’est que je mangeais très peu aux repas. Je sais, pas très équilibré comme style de vie…

Mais depuis que la gynécologue m’a prescrit la pilule contraceptive (à prendre en continu pour éviter les SPM de la mort qui tue), j’ai TOUT LE TEMPS faim. Ajoutez à ça le fait que la périménopause s’est installée à demeure, avec son armada de joies (j’y reviendrai dans un autre billet bientôt, il y a trop à en dire) et vous obtenez un gain de poids de 50 livres. J’ai donc grossi de la moitié de mon poids normal en cinq ans!

Des seins plantureux

Ma poitrine, qui a toujours été généreuse, est devenue… philanthropique! Mes gros seins m’ont toujours complexée, mais quand je regarde mes soutiens-gorge 32 D, je les trouve maintenant tout mignons, parce que là, je prends du 36 H. Oui, H, comme dans A, B, C, D, E, F, G… H! C’est du bonnet, ça! Imaginez deux melons miel (ou deux cantaloups, allez-y selon vos préférences) dans une brassière, et ça vous donne une petite idée de ma situation. Difficile de faire du sport dans ces conditions.

OK, je me cherche TOUJOURS une excuse pour ne pas faire de sport. Mais là, je donnerais n’importe quoi pour pouvoir bouger. Juste faire une marche requiert pas mal d’énergie, surtout avec la fibromyalgie. Et je ne vous parle pas des maux de dos causés par la lourdeur des seins, des irritations cutanées, malgré le soutien-gorge le plus adéquat, etc. Parlant de soutiens-gorge, disons qu’on n’a pas beaucoup de choix de modèles dans cette taille… En fait, il n’y en a qu’un qui me fasse, un modèle sport de Wacoal (je suis TELLEMENT contente d’en avoir trouvé un!), mais l’armature est tellement rigide que mon chum manque de s’empaler chaque fois qu’il pose la tête sur cette partie de mon anatomie. (Oui, ça arrive assez souvent qu’il pose sa tête là.)

soutien-gorge sport beige

Et avez-vous déjà essayé de vous habiller quand vous avez une poitrine de cette envergure et des épaules étroites? Il n’y a RIEN qui tombe bien. R-I-E-N.

 Un cercle vicieux

Bon, tout ce détour autour de ma poitrine pour dire que j’ai l’impression d’être dans un cercle vicieux.

Je ne peux faire de sport à cause de cette satanée poitrine, donc je peux difficilement perdre du poids. Je sais que l’alimentation compte davantage que l’activité physique dans une perte de poids, dans une proportion de 80 %-20 %, mais quand même. Or, tant que je ne perdrai pas de poids, je ne pourrai pas subir de réduction mammaire.

En fait, je pourrais, mais le chirurgien me ferait sans doute un DD, pour que ce soit harmonieux avec ma silhouette du moment. Mais je veux du B, bon! Ou à la rigueur un petit C. Il ne s’agit pas d’un caprice, hein. Quand on se décide à passer sous le bistouri pour une grosse opération de ce genre, qui laisse son lot de cicatrices, on veut être top shape avant de le faire pour obtenir un résultat qui nous satisfasse.

Pas juste un problème de poids

Ça fait que pour le moment, je galère un peu. Je vous ai parlé de mon poids, jusqu’à maintenant, mais il y a plus.

Depuis deux ans, je suis dans une grande période de changements. J’ai effectué un retour aux études, je suis en train de faire un plan d’affaires à l’École des entrepreneurs pour lancer une entreprise en réseaux sociaux avec mon chum (si je ne l’éborgne pas d’ici là avec mon soutif :), je fais quelques petits contrats en attendant le dépôt dudit plan d’affaires (le 29 mars!), je vis dans la précarité financière, ce qui n’aide pas au sommeil (que j’ai toujours eu fragile par ailleurs), donc je me sens parfois un peu dépassée par les événements.

Et là, j’ai envie de me sentir mieux. Je ne suis pas idiote, je sais que ce n’est pas en buvant du vin, en mangeant des chips, du popcorn et du fromage tous les jours que je vais y arriver. (J’ai essayé et ça ne marche pas. 🙂

Ça fait que j’ai besoin d’aide. C’est là que je suis rendue. Arrêter le vin pour un bout ne suffira pas.

Et vous, vous avez déjà effectué de gros changements dans vos habitudes de vie? Je prends tous les conseils avisés. Merci, là!